in

Impôts et crypto-monnaies en Finlande : comment ça marche

L’administration fiscale finlandaise considère les crypto-monnaies comme « un moyen d’échange » et ne reconnaît pas les crypto-actifs comme des devises ou des instruments financiers. La Finlande taxe à la fois l’acquisition et le transfert de crypto-monnaies. Le traitement fiscal de la crypto-monnaie dépend de la manière dont l’actif a été acquis ou vendu. Par exemple, les crypto-monnaies minées sont traitées différemment des crypto-monnaies jalonnées. Les crypto-monnaies extraites sont traitées comme des revenus d’un passe-temps, tandis que les crypto-monnaies jalonnées sont imposées comme des gains en capital, car l’administration fiscale finlandaise considère la valeur des actifs jalonnés créée en plus des crypto-monnaies déjà détenues. Les pertes sont déductibles suite à une décision de la Cour suprême finlandaise en 2019. Selon ses orientations sur la taxation des monnaies virtuelles, les crypto-actifs créés via des hard forks ne sont pas taxés au moment de la création mais au moment du transfert. Ainsi, un actif de crypto-monnaie fourchu est évalué à zéro jusqu’à ce qu’il soit transféré (vendu ou échangé). L’administration fiscale finlandaise n’a pas publié de directives spécifiques pour la taxation des parachutages. Selon que les largages aériens sont considérés comme les plus similaires à un actif minier, un actif jalonné ou bifurqué, ou un cadeau, ces actifs peuvent être imposés comme un revenu soit d’un passe-temps, soit d’un gain en capital, ou non imposés, car la réception de cadeaux n’est pas imposé en Finlande.

Introduction

UNE. Réglementation des crypto-monnaies en général

La Finlande ne reconnaît pas les crypto-monnaies en tant qu’instrument financier ou devise, mais reconnaît leur utilisation en tant que « moyen d’échange ».  Les entreprises qui fournissent un accès aux crypto-monnaies sont réglementées séparément dans une loi spéciale sur les fournisseurs de monnaie virtuelle. La loi sur les fournisseurs de monnaie virtuelle définit la monnaie virtuelle de la manière suivante :

Aux fins de la présente loi

1) monnaie virtuelle une valeur sous forme numérique

(a) qui n’a pas été émis par une banque centrale ou toute autre autorité et qui n’a pas cours légal;
(b) qu’une personne peut utiliser comme instrument de paiement; et

(c) qui peuvent être transmis, stockés et échangés par voie électronique[.]

Cependant, la loi sur les fournisseurs de monnaie virtuelle ne traite pas de l’impôt sur le revenu lié aux crypto-monnaies, qui est régie par la loi de l’impôt sur le revenu. Concrètement, les crypto-monnaies sont soumises à plusieurs dispositions fiscales, dont 32 § (sur les plus-values), 45 § 1 al. (sur le gain de transfert), et 46 § 1 al. (sur le calcul du gain de transfert).  Étant donné que les crypto-actifs ne sont pas reconnus comme des devises monétaires légales, les crypto-monnaies ne sont pas couvertes par l’exonération fiscale pour les gains de change inférieurs à 500 € (environ 610 USD).  Selon certaines sources, en 2017, les Bitcoins ont généré des millions de recettes fiscales pour l’État finlandais.

B. Système fiscal finlandais

La Finlande impose les revenus individuels provenant de l’emploi, du travail indépendant, de l’activité commerciale et des loisirs.  La distinction entre les loisirs et l’activité commerciale est basée sur la taille de l’activité et le but, c’est-à-dire si l’objectif principal est le profit.  En outre, la Finlande impose également les revenus des plus-values.  La Finlande n’impose pas les revenus reçus sous forme de dons.  Les contribuables sont imposés à deux niveaux, local et national. Alors que les particuliers paient à la fois l’impôt local et l’impôt d’État sur les revenus tirés de l’emploi, l’impôt sur les revenus des plus-values ​​n’est payé qu’à l’État finlandais. Les plus-values ​​sont taxées à 30 %.

II. Traitement fiscal des récompenses globales

A. Aperçu de la fiscalité des crypto-monnaies minées

La Finlande taxe les crypto-monnaies à la fois au stade de l’acquisition et au stade de la réalisation. Il a été décrit comme le « super pouvoir fiscal de la cryptographie ». Dans un jugement de mars 2019, la Cour administrative suprême finlandaise a jugé qu’une vente de la crypto-monnaie Ether qui avait été achetée dans le but de réaliser un bénéfice n’était pas imposable en tant que plus-value mais en tant que revenu d’un transfert de propriété. La Cour administrative suprême a également constaté que les coûts associés à l’extraction de crypto-actifs sont déductibles par rapport aux revenus tirés de l’exploitation minière. Par exemple, l’exploitation minière nécessite généralement beaucoup d’électricité, et donc le coût de l’électricité pour l’exploitation minière est déductible, tout comme les coûts des ordinateurs et autres équipements nécessaires à l’exploitation minière.

L’administration fiscale finlandaise a publié des lignes directrices spécifiquement pour la taxation des monnaies virtuelles.  Les lignes directrices ont été mises à jour pour la dernière fois le 22 janvier 2020 et s’appliquent à l’année d’imposition 2020.  Dans les lignes directrices, l’administration fiscale finlandaise distingue les crypto-monnaies en fonction de leur utilisation et de leur méthode d’acquisition. Par exemple, les crypto-monnaies extraites sont taxées en tant que revenu dérivé d’un passe-temps, à moins que l’exploitation minière ne soit effectuée à des fins lucratives à plus grande échelle, alors qu’elle peut être traitée comme une activité commerciale. L’administration fiscale a également publié des lignes directrices rappelant aux contribuables de spécifier les revenus reçus des monnaies virtuelles dans leurs déclarations fiscales. [21]Conformément aux directives de l’administration fiscale, les crypto-monnaies extraites doivent être incluses dans le revenu de l’année d’imposition en cours et « justifiées par des protocoles de « preuve de travail ».

B. Traitement fiscal des crypto-monnaies jalonnées

Les crypto-monnaies jalonnées sont des crypto-monnaies gagnées en combattant l’extraction de crypto-monnaies supplémentaires par d’autres. En règle générale, le mineur protège à la fois la valeur des devises déjà détenues et gagne également des crypto-monnaies supplémentaires.  L’administration fiscale finlandaise a décrit l’activité de la manière suivante dans ses orientations sur la taxation des monnaies virtuelles : « Du point de vue de la fiscalité, il s’agit d’un gain direct sur un actif précédemment détenu et, par conséquent, plus-value. » Selon les directives,

[l]e moment où le revenu est réalisé à des fins d’imposition est celui où le mineur prend possession des nouvelles unités de monnaie virtuelle. Le revenu est évalué à la valeur marchande de la monnaie virtuelle à ce moment-là. Le montant des revenus perçus est également le coût brut d’acquisition de la monnaie virtuelle nouvellement acquise. Le coût d’acquisition de l’ancienne monnaie virtuelle du mineur reste inchangé. Le même principe peut également être appliqué à d’autres situations où le revenu d’un contribuable est basé uniquement sur un gain sur la monnaie virtuelle détenue précédemment.

C. Traitement fiscal des tokens reçus par le biais de « Hard Forks », « Airdrops » ou en tant que cadeaux

1. Fourches dures

L’administration fiscale finlandaise décrit la création de nouvelles monnaies virtuelles par le biais de hard forks comme suit :

Parfois, les blockchains des monnaies virtuelles se sont fourchues. Dans ces circonstances, tout propriétaire de la monnaie virtuelle d’origine se voit attribuer gratuitement une nouvelle monnaie virtuelle d’une dénomination différente, qui correspond à sa détention d’origine ou à un pourcentage de celle-ci, sans rien perdre de sa monnaie virtuelle d’origine, et sans avoir changé ou divisé la valeur de la monnaie virtuelle d’origine. Une telle opération n’implique pas une répartition des actifs réels ou des positions existantes en monnaie virtuelle entre diverses autres monnaies virtuelles. Au lieu de cela, il s’agit d’un processus qui génère un ajout à la monnaie virtuelle existante du propriétaire.

Du point de vue fiscal, le coût d’acquisition de la monnaie virtuelle d’origine reste inchangé, et le coût d’acquisition de la nouvelle monnaie est de 0,00 €. Dans des situations comme ci-dessus, si le contribuable utilise ou exerce sa nouvelle position (lorsque les impôts sont évalués conformément à la loi sur l’impôt sur le revenu, c’est-à-dire que le contribuable est une personne physique ou la succession d’une personne décédée), le calcul de l’impôt doit être basé sur sur un coût d’acquisition présumé du poste.

Ainsi, les crypto-monnaies créées grâce à des hard forks sont taxées au moment du transfert, en utilisant un coût d’acquisition de zéro. Une crypto-monnaie fork n’est donc pas taxée au moment de l’acquisition, contrairement à la taxation du minage évoquée ci-dessus dans la partie II.A.

2. « Largages aériens »

L’administration fiscale finlandaise n’a pas publié d’orientations spécifiques sur le traitement fiscal des jetons reçus par le biais de parachutages. Le traitement des parachutages à des fins fiscales dépendra du fait qu’ils soient traités comme des crypto-monnaies minées, des crypto-monnaies jalonnées, des crypto-monnaies forcées ou comme un cadeau. L’administration fiscale finlandaise précise que le principe qui s’applique aux crypto-monnaies jalonnées, discuté ci-dessus dans la partie II.B., peut également s’appliquer dans d’autres cas lorsque le « revenu est basé uniquement sur un gain sur la monnaie virtuelle précédemment détenue ». [27] Ainsi, un largage offert uniquement aux détenteurs actuels d’une devise pourrait être considéré comme un gain sur des biens précédemment détenus et traité comme une devise jalonnée imposable comme un gain en capital.

3. Cadeaux

L’administration fiscale finlandaise reconnaît que les crypto-monnaies peuvent être transférées en cadeau.  La Finlande n’impose pas les cadeaux ou les gains de loterie (à condition que les gains proviennent d’une loterie finlandaise ou de l’Espace économique européen et ne nécessitent aucun travail de la part du gagnant).  Aux fins des transferts de crypto-actifs dans l’année suivant la réception en cadeau, la valeur du crypto-actif au moment de la réception en cadeau sera déterminée par la valeur au moment où le donateur a acquis l’actif.  Par exemple, si la personne A a acquis l’actif alors qu’il valait 10 dollars et l’a donné à la personne B alors qu’il valait 20 dollars qui, dans l’année, le vend 15 dollars, la personne B est tenue de payer des impôts sur un profit.

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
bio 29

Rasiah Ranjith Léon: Âge, biographie, situation familiale, revenu et héritage

crypto 26

Qu’est-ce que ShibaSwap ? Détails sur la nouvelle plate-forme d’échange de crypto-monnaie