in

Impôts et crypto-monnaies en Afrique du Sud : comment ça marche

Introduction

Le 6 avril 2018, le South African Revenue Services (SARS) a publié une clarification sur le statut fiscal des monnaies virtuelles. Le SRAS a noté qu’il « continuera d’appliquer les règles normales de l’impôt sur le revenu aux crypto-monnaies et s’attendra à ce que les contribuables concernés déclarent les gains de crypto-monnaie dans le cadre de leur revenu imposable ».  [1] Les  contribuables doivent donc déclarer tous leurs revenus de crypto-monnaie et ne pas le faire pourrait entraîner l’imposition d’intérêts et de pénalités.  Il indique que :

Bien qu’elles ne constituent pas de l’argent liquide, les crypto-monnaies peuvent être évaluées pour déterminer un montant reçu ou accumulé comme prévu dans la définition de « revenu brut » dans la loi. Conformément aux règles normales de l’impôt sur le revenu, les revenus reçus ou accumulés des transactions de crypto-monnaie peuvent être imposés sur le compte de revenus sous la rubrique « revenu brut ».

Alternativement, ces gains peuvent être considérés comme du capital, comme indiqué dans la huitième annexe de la loi pour l’imposition selon le paradigme [de l’impôt sur les gains en capital].

La détermination de savoir si une accumulation ou une recette est de nature un revenu ou un capital est testée en vertu de la jurisprudence existante (dont il n’y a pas de pénurie). 

Le montant de l’impôt accumulé par une personne peut être très différent selon que les gains en monnaies virtuelles sont imposés comme des revenus ou des gains en capital. 

II. Traitement fiscal de l’exploitation minière

La clarification du SRAS a noté que les gains ou les pertes concernant les crypto-monnaies se répartissent en trois situations, chacune conduisant à un traitement fiscal différent :

(i) Une crypto-monnaie peut être acquise par ce qu’on appelle le « minage ». L’exploitation minière est effectuée par la vérification des transactions dans un grand livre public généré par ordinateur, réalisée grâce à la résolution d’algorithmes informatiques complexes. En vérifiant ces transactions, le «mineur» est récompensé par la propriété de nouvelles pièces qui font partie du grand livre en réseau.  

Cela donne lieu à une accumulation ou à une réception immédiate en cas d’extraction réussie de la crypto-monnaie. Cela signifie que jusqu’à ce que la crypto-monnaie nouvellement acquise soit vendue ou échangée contre de l’argent, elle est détenue en tant qu’action commerciale qui peut ensuite être réalisée par le biais d’une transaction en espèces normale (telle que décrite en (ii) ou d’une transaction de troc telle que décrite en (iii) ci-dessous. . 

(ii) Les investisseurs peuvent échanger une devise locale contre une crypto-monnaie (ou vice versa) en utilisant des échanges de crypto-monnaie, qui sont essentiellement des marchés pour les crypto-monnaies, ou via des transactions privées. 

(iii) Les biens ou services peuvent être échangés contre des crypto-monnaies. Cette opération est considérée comme une opération de troc. Par conséquent, les règles normales de transaction de troc s’appliquent. 

Sur une page de questions fréquemment posées concernant les crypto-monnaies, le SRAS répond à la question de savoir si « une personne qui « exploite » la crypto-monnaie à titre commercial ou commercial [est] soumise à l’impôt sur les revenus tirés de ces activités ?  La réponse indique que « [c]es revenus sont soumis à l’impôt normal. La personne peut être tenue de s’inscrire comme contribuable provisoire si le total des revenus imposables perçus dépasse le seuil d’imposition de l’exercice. 

Aucune loi, règle ou directive traitant spécifiquement des récompenses en bloc ou des jetons de récompense n’a été trouvée.

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
tax 16

Impôts et crypto-monnaies en Irlande : comment ça marche

crypto 36

Comment miner Litecoin : tout ce que vous devez savoir