in

Impôts et crypto-monnaies en Brésil : comment ça marche

Les crypto-monnaies doivent encore être réglementées au Brésil. Les autorités financières ont publié des déclarations concernant les risques posés par ce type de monnaie et son manque de garantie par les autorités monétaires, et elles ont indiqué que les entreprises qui négocient des monnaies virtuelles ne sont pas réglementées, supervisées ou autorisées à opérer par la banque centrale.  

Selon les instructions du Secrétariat brésilien du revenu fédéral, les monnaies virtuelles doivent être déclarées au Secrétariat et les impôts doivent être payés si les gains obtenus de la vente de monnaies virtuelles en un mois dépassent un certain montant. Récemment, une instruction normative émise par le Secrétariat a rendu obligatoire la communication au Secrétariat des informations relatives aux opérations effectuées avec des crypto-actifs.

Jusqu’à présent, l’administration fiscale brésilienne n’a fourni aucune instruction détaillée sur la taxation des jetons de récompense ou des jetons acquis par extraction ou jalonnement ou concernant le traitement fiscal des jetons reçus par le biais de largages aériens et de hard forks.

 

Introduction

A. Déclaration de politique de la Banque centrale du Brésil n° 25 306 du 19 février 2014

Le 19 février 2014, la Banque centrale du Brésil (Banco Central do Brasil, BACEN) a publié la déclaration de politique n° 25.306 sur les risques liés à l’acquisition de « monnaies virtuelles » ou « monnaies cryptées » et aux transactions effectuées avec ces devises. Le but de la déclaration était, entre autres, de préciser que les monnaies virtuelles ne doivent pas être confondues avec la monnaie électronique ( moeda eletrônica ) telle que définie dans la loi n° 12 865 du 9 octobre 2013 et ses règlements.  

La « monnaie électronique » est définie à l’article 6(VI) de la loi n 12 865 comme une ressource stockée dans un appareil ou un système électronique qui permet à l’utilisateur final d’effectuer des transactions de paiement dans la monnaie nationale ( réal brésilien ).  La déclaration a expliqué qu’en revanche, les monnaies virtuelles sont libellées dans une unité de compte différente des monnaies émises par les gouvernements souverains et ne sont pas stockées dans un appareil ou un système électronique en monnaie nationale.   

Selon le communiqué,

  • l’utilisation des monnaies virtuelles et la question de savoir si les réglementations applicables aux systèmes financiers et de paiement s’y appliquent ont fait l’objet de débats internationaux et d’annonces publiques des autorités monétaires et autres institutions publiques, avec peu de conclusions concrètes à ce jour ;
  • les monnaies virtuelles ne sont pas émises ou garanties par une autorité monétaire ;
  • ces actifs virtuels ne sont réglementés ou supervisés par les autorités monétaires d’aucun pays ;
  • il n’existe aucun mécanisme gouvernemental garantissant la valeur en monnaie officielle de ces instruments appelés monnaies virtuelles ; et
  • Le BACEN suit l’évolution de l’usage de ces instruments, ainsi que les discussions qui s’y rattachent dans les enceintes internationales, notamment sur leur nature, leur appropriation et leur fonctionnement, afin d’éventuellement adopter des mesures dans sa sphère de compétence juridique, si nécessaire.  

B. Communiqué de la Banque centrale du Brésil 31 379 du 16 novembre 2017

Le 16 novembre 2017, BACEN a publié le communiqué 31 379 réaffirmant que les monnaies virtuelles ne sont ni émises ni garanties par aucune autorité monétaire.    Le document indique en outre que bien que les monnaies virtuelles aient fait l’objet de débats internationaux et de déclarations des autorités monétaires et autres autorités publiques, les organisations internationales n’ont jusqu’à présent trouvé aucun besoin de réglementer ces actifs. Au Brésil, pour le moment, aucun risque pertinent pour le système financier national n’a été observé. Néanmoins, la Banque centrale du Brésil reste attentive à l’utilisation des monnaies virtuelles et continue de suivre les discussions internationales sur cette question afin d’adopter les mesures requises, si nécessaire, tout en respectant les mandats des autres organes et entités. 

II. Imposition

A. Impôt sur le revenu des personnes physiques

Une brochure préparée par le Secrétariat brésilien du revenu fédéral (Secretaria Especial da Receita Federal do Brasil, RFB),  contenant des questions et des réponses concernant l’impôt sur le revenu des personnes physiques pour 2019, comprend des informations sur la façon de déclarer des monnaies virtuelles sur la déclaration de revenus d’une personne et la fiscalité appropriée. 

Le document précise que les monnaies virtuelles doivent être déclarées. Il explique que les monnaies virtuelles (bitcoins, par exemple), bien que non considérées comme monnaie dans le cadre réglementaire actuel, doivent être déclarées dans l’onglet Actifs et droits en tant qu’« autres actifs », car elles peuvent être traitées comme un actif financier. La valeur d’acquisition des actifs doit être indiquée. Ce type de « monnaie » n’a pas de taux de conversion officiel, car il n’y a pas d’organe chargé de contrôler son émission, il n’y a donc pas de règle légale pour la conversion des montants à des fins fiscales. Cependant, le contribuable doit conserver une documentation prouvant l’authenticité de ces valeurs.  [dix] 

Une question dans le livret demande si les gains obtenus de la vente de monnaie virtuelle sont taxés. La réponse fournie indique que lorsque les gains obtenus de la vente de monnaies virtuelles (bitcoins, par exemple) en un mois sont supérieurs à 35 000 BRL (environ 6 573,63 USD), ils sont imposés comme des plus-values, avec des taux progressifs applicables, et des revenus la taxe doit être payée avant le dernier jour ouvrable du mois suivant le mois de la transaction. Le contribuable doit conserver la documentation prouvant l’authenticité des transactions. 

B. Cryptoactifs

L’Instruction Normative n°1888 émise par le RFB le 3 mai 2019, crée l’obligation de fournir au RFB les informations relatives aux opérations réalisées avec des crypto-actifs et établit des sanctions en cas de non-conformité.   Aux fins de l’instruction normative n° 1888, les définitions suivantes sont fournies :

I – cryptoasset : la représentation numérique de la valeur libellée dans sa propre unité de compte, dont le prix peut être exprimé en monnaie souveraine locale ou étrangère, négociée électroniquement avec l’utilisation de technologies de cryptographie et d’enregistrement distribué, qui peut être utilisé comme moyen d’investissement, instrument de transfert de valeurs ou l’ accès aux services, et qui ne constituent pas une monnaie de cours légal; et

II – échange de crypto-actifs : la société ( pessoa jurídica ), même non financière, qui offre des services liés aux transactions effectuées avec des crypto-actifs, y compris l’intermédiation, la négociation ou la garde, et qui peut accepter tout moyen de paiement, y compris d’autres crypto-actifs.  

Ces définitions sont incluses dans le concept d’intermédiation d’opérations effectuées avec des crypto-actifs, qui est la mise à disposition d’environnements pour effectuer des achats et des ventes de crypto-actifs parmi les utilisateurs de tels services.  

Selon l’article 6,

[l]a fourniture d’informations est obligatoire pour :

I – la bourse de crypto-actifs domiciliée fiscalement au Brésil ;

II – une personne physique ou morale résidant ou domiciliée au Brésil lorsque :

a) les transactions sont effectuées sur une bourse domiciliée à l’étranger ; ou alors

b) les transactions ne sont pas effectuées en échange.  

Dans le cas de l’article 6(II) discuté ci-dessus, l’information doit être fournie chaque fois que la valeur mensuelle des opérations, seules ou conjointement, dépasse 30 000,00 BRL ( environ 5 634,54 USD ).  

Aux termes de l’article 6,

[l]’obligation d’information s’applique à une personne physique ou morale qui effectue l’une des opérations avec des crypto-actifs énumérées ci-dessous :

I – acheter et vendre;

II – échange;

III – don;

IV – transfert de crypto-actifs à la bourse ;

V – retrait des crypto-actifs de la bourse ;

VI – affectation temporaire (loyer);

VII – paiement en nature ;

VIII – émission ; et

IX – autres opérations impliquant le transfert de crypto-actifs.  

L’article 7 de l’instruction normative n° 1888 précise les informations qui doivent être fournies pour chaque opération,   tandis qu’un article 10 précise les sanctions applicables à une personne physique ou morale qui omet de fournir les informations obligatoires en application de l’article 6, les en dehors des délais fixés à l’article 8, ou omet des informations ou fournit des informations inexactes, incomplètes ou erronées. 

III. Traitement fiscal des récompenses globales

Comme indiqué dans la partie II.A. ci-dessus, apparemment, les récompenses en bloc n’ont pas encore été clairement réglementées au Brésil. Le traitement fiscal prévu par l’administration fiscale du pays détermine uniquement que les gains obtenus de la vente de monnaies virtuelles sont imposés s’ils dépassent un certain montant. Aucune information spécifique n’a été trouvée concernant la taxation des jetons de récompense, les jetons acquis par extraction ou jalonnement, ou le traitement fiscal des jetons reçus par le biais de largages aériens et de hard forks.

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
tax 12

Impôts et crypto-monnaies en Luxembourg : comment ça marche

bio 22

Mike Krieger: Âge, biographie, situation familiale, revenu et héritage