in

Impôts et crypto-monnaies en France : comment ça marche

La France a adopté un cadre législatif de base pour réglementer les crypto-monnaies en 2019, mais cette réglementation reste largement embryonnaire. La fiscalité de la crypto-monnaie diffère selon que le détenteur est un investisseur occasionnel ou un mineur ou un commerçant professionnel. Les investisseurs non professionnels sont taxés d’une taxe forfaitaire de 30% sur la valeur ajoutée de leur crypto-monnaie lorsqu’ils les vendent. Les mineurs sont taxés sur la valeur de la crypto-monnaie lorsqu’ils la reçoivent. Ils peuvent également être à nouveau taxés sur la valeur ajoutée lorsqu’ils vendent ultérieurement la même crypto-monnaie en monnaie fiduciaire. Il semble que les traders professionnels de crypto-monnaie soient taxés sur la valeur de leur crypto-monnaie lorsqu’elle est échangée contre une devise officielle.

Introduction

Pendant plusieurs années, les crypto-monnaies sont restées largement non réglementées en France. Pas plus tard qu’en 2017, l’Autorité des marchés financiers (AMF) et l’Autorité de contrôle prudentiel (ACPR) mettaient en garde les investisseurs contre le caractère non réglementé des crypto-monnaies. Cependant, cela a récemment commencé à changer. Une loi de 2019, dite loi PACTE (Loi Pacte), comprend plusieurs amendements au Code monétaire et financier français pour établir un cadre juridique naissant pour les crypto-actifs.

L’une des principales innovations de la loi PACTE est de définir la notion d’actif numérique, qui est désormais qualifiée soit de jeton (à quelques exceptions près), soit de « toute représentation numérique d’un actif qui n’est pas émise ou garantie par une centrale banque ou par une autorité gouvernementale, qui n’est pas nécessairement liée à une monnaie légale, et qui n’a pas le statut juridique d’une monnaie, mais qui est acceptée par des personnes physiques ou morales comme moyen d’échange et qui peut être transférée, stockée ou échangés par voie électronique.  La loi définit également le jeton comme « tout bien incorporel qui représente, sous forme numérique, un ou plusieurs droits qui peuvent être émis, enregistrés, conservés ou transférés par le biais d’un système d’enregistrement électronique partagé permettant au propriétaire dudit bien d’être identifié directement ou indirectement. 

La loi PACTE traite également des offres initiales de pièces (ICO). Il permet à l’AMF de conférer une certification facultative à certains investissements symboliques.   Une entreprise souhaitant obtenir une certification AMF pour les investissements tokens devra fournir un livre blanc contenant des informations suffisamment précises et claires sur l’émetteur du token et sur l’offre. Les certifications seront valables jusqu’à six mois et l’AMF publiera sur son site Internet une liste des offres de tokens certifiées. 

De plus, la loi PACTE introduit une réglementation sur les fournisseurs de services sur actifs numériques (DASP). La loi sépare les DASP en deux catégories. D’une part, les DASP qui détiennent, stockent ou transfèrent des crypto-monnaies, et les DASP qui achètent ou vendent des crypto-monnaies pour des devises légales. Ces prestataires doivent s’inscrire auprès de l’AMF, et doivent se conformer à certaines réglementations établies par l’AMF pour prévenir certaines activités illégales telles que le blanchiment d’argent ou le financement du terrorisme.   D’autre part, les DASP qui se livrent à d’autres activités, y compris les plateformes d’échange de crypto-monnaie, les services d’investissement ou les conseillers en investissement. Ces prestataires peuvent demander une certification facultative s’ils remplissent certains critères destinés à garantir un niveau de fiabilité. 

Malgré l’adoption de la loi PACTE, le gouvernement français qualifie toujours le cadre réglementaire actuel des crypto-actifs d’« embryonnaire », et continue d’avertir les investisseurs que les crypto-monnaies sont en grande partie non réglementées et donc des investissements particulièrement risqués. 

II. Fiscalité de la crypto-monnaie

Il semble y avoir un traitement fiscal différent pour les investisseurs occasionnels de crypto-monnaie et ceux pour lesquels l’investissement ou le commerce de crypto-monnaie est leur activité professionnelle.  [dix] 

A. Non-professionnels

Depuis le 1er janvier 2018, la valeur ajoutée globale de toutes les opérations imposables réalisées par les investisseurs non professionnels en cryptomonnaies au cours de l’année est soumise à une taxe forfaitaire de 30%.   La vente de crypto-monnaie contre des euros ou d’autres devises légales est l’opération qui génère l’obligation de payer la taxe.  Les propriétaires de crypto-monnaie qui conservent leurs crypto-actifs sans les convertir en monnaie fiduciaire n’ont donc pas à payer d’impôts. 

B. Professionnels

Différents régimes fiscaux s’appliquent aux mineurs de crypto-monnaie et aux commerçants professionnels de crypto-monnaie (c’est-à-dire ceux dont l’activité professionnelle régulière consiste à acheter ou à vendre des crypto-monnaies).

1. Mineurs de crypto-monnaie

Les mineurs de crypto-monnaie sont taxés différemment selon que leurs revenus sont supérieurs ou inférieurs à 70 000 euros (environ 85 000 USD).   Si leurs revenus pour une année donnée ne dépassent pas 70 000 euros, ils sont simplement imposés selon le barème de l’impôt sur le revenu, mais après un abattement forfaitaire de 34 %.  [15]  Par exemple, si un mineur reçoit 50 000 euros en crypto-monnaie pour ses activités minières, il ne sera taxé que sur la base de 33 000 euros après application de l’abattement.  [16]  Si le revenu d’un mineur de crypto-monnaie est supérieur à 70 000 euros, il n’a plus droit à l’abattement forfaitaire et doit à la place détailler les déductions.  [17] De plus, il n’est pas imposé selon le barème de l’impôt sur le revenu, mais selon le barème de l’impôt sur les sociétés. 

Dans les deux cas, à des fins fiscales, la crypto-monnaie extraite est évaluée au moment où le mineur la reçoit.  Cependant, si la crypto-monnaie n’est pas immédiatement convertie en monnaie fiduciaire, toute valeur ajoutée peut être taxée ultérieurement lors de sa conversion. 

2. Les commerçants de crypto-monnaie

Les commerçants professionnels de crypto-monnaie dont les revenus totaux ne dépassent pas 170 000 euros (environ 206 500 $ US) peuvent prétendre à un abattement forfaitaire de 71%, et sont imposés selon le barème de l’impôt sur le revenu français pour le reste.  Les commerçants dont les revenus totaux dépassent 170 000 euros sont imposés selon le barème de l’impôt sur les sociétés, après déductions détaillées en lieu et place de l’abattement forfaitaire.  Il apparaît qu’aux fins de la taxation des commerçants professionnels, les crypto-monnaies sont valorisées lorsqu’elles sont échangées contre la monnaie officielle.  

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
tax 12

Impôts et crypto-monnaies en Allemagne : comment ça marche

bio 25

Impôts et crypto-monnaies en Danemark : comment ça marche