in

Impôts et crypto-monnaies en Australie : comment ça marche

L’Australian Taxation Office a fourni des conseils sur plusieurs questions liées à la taxation des crypto-monnaies, y compris le traitement des nouveaux jetons reçus via le jalonnement, les largages aériens et les divisions en chaîne. Les directives reflètent la différence de traitement entre les investissements personnels et les transactions impliquant des crypto-monnaies et la détention ou l’utilisation de crypto-monnaies dans le cadre de l’exploitation d’une entreprise. Cependant, alors que les jetons acquis par le biais de l’extraction de crypto-monnaies en tant que passe-temps ne sont imposés qu’à la cession, par le biais du système d’imposition des plus-values, les jetons reçus par un particulier à titre de paiement ou de récompense pour la fabrication, le jalonnement ou le vote sont traités comme un revenu ordinaire. Les jetons parachutés sont également traités comme un revenu ordinaire. La cession de ces jetons déclenchera également un événement fiscal sur les plus-values.

Lorsque la crypto-monnaie est détenue dans le cadre de l’exploitation d’une entreprise, les règles relatives aux actions commerciales, plutôt que les règles relatives à l’impôt sur les gains en capital, s’appliquent. Ainsi, le produit de la cession de toute crypto-monnaie est un revenu ordinaire et le coût d’acquisition de toute crypto-monnaie est déductible. La crypto-monnaie utilisée dans les activités commerciales est traitée de la même manière que les autres actifs ou paiements. Toute nouvelle crypto-monnaie reçue par une entreprise à la suite d’un fractionnement en chaîne est considérée comme une action commerciale et soumise à l’impôt sur le revenu.                    

Introduction

L’Australian Taxation Office (ATO) a publié plusieurs décisions et a commencé à publier des directives non contraignantes sur l’application des lois fiscales australiennes au Bitcoin et à d’autres crypto-monnaies en 2014.    Depuis lors, les directives ont été mises à jour et la taxe sur les produits et services (GST) la législation a été modifiée en 2017 pour supprimer la double imposition des monnaies numériques. 

De manière générale, « les crypto-monnaies sont soumises à l’impôt sur les gains en capital (CGT) et à l’impôt sur le revenu ordinaire en Australie, selon les circonstances de la transaction ».   Les directives de l’ATO sur la crypto-monnaie fournissent les informations générales suivantes concernant les transactions avec la crypto-monnaie :

Un événement d’impôt sur les plus-values ​​(CGT) se produit lorsque vous disposez de votre crypto-monnaie. Une élimination peut se produire lorsque vous :

> vendre ou offrir une crypto-monnaie
> échanger ou échanger une crypto-monnaie (y compris la cession d’une crypto-monnaie contre une autre crypto-monnaie)
> convertir une crypto-monnaie en monnaie fiduciaire (une devise établie par la réglementation ou la loi du gouvernement), comme le dollar australien, ou
> utiliser la crypto-monnaie pour obtenir des biens ou services.Si vous réalisez une plus-value sur la cession de crypto-monnaie, une partie ou la totalité de la plus-value peut être imposée. Certains gains ou pertes en capital résultant de la cession d’une crypto-monnaie qui est un actif à usage personnel ne sont pas pris en compte.

Si la cession fait partie d’une entreprise que vous exploitez, les bénéfices que vous réalisez sur la cession seront imposables comme un revenu ordinaire et non comme une plus-value. 

A. Investir dans les crypto-monnaies

En ce qui concerne l’investissement dans les crypto-monnaies, les directives indiquent en outre que,

[i] si vous acquérez une crypto-monnaie en tant qu’investissement, vous devrez peut-être payer de l’impôt sur tout gain en capital que vous réaliserez sur la cession de la crypto-monnaie.

Vous réaliserez une plus-value si le produit du capital de la cession de la crypto-monnaie est supérieur à son prix de base. Même si la valeur marchande de votre crypto-monnaie change, vous ne réalisez pas de gain ou de perte en capital jusqu’à ce que vous en disposiez.

Si vous détenez la crypto-monnaie en tant qu’investissement, vous n’aurez pas droit à l’exemption des actifs à usage personnel. Cependant, si vous détenez votre crypto-monnaie en tant qu’investissement pendant 12 mois ou plus, vous pouvez avoir droit à la remise CGT pour réduire une plus-value que vous réalisez lorsque vous en disposez. 

Cela reflète le fait que, en vertu de la législation en vigueur, « la crypto-monnaie est considérée comme un actif en capital » à des fins fiscales, plutôt que comme une forme d’argent ou de monnaie. 

B. Bien à usage personnel

L’ATO explique que « [c]rypto-monnaie est un actif à usage personnel si elle est conservée ou utilisée principalement pour acheter des articles à usage personnel ou de consommation ».  S’il est conservé ou utilisé principalement à titre d’investissement, dans un but lucratif ou dans le cadre de l’exploitation d’une entreprise, il ne sera pas considéré comme un bien à usage personnel et sera soumis à l’impôt. 

C. Impôt sur les plus-values

Les directives de l’ATO sur les gains en capital expliquent que,

Pour la plupart des événements CGT, votre gain en capital correspond à la différence entre le produit de votre capital et le prix de base de votre actif CGT. (Le prix de base d’un actif CGT est en grande partie ce que vous avez payé pour cela, ainsi que d’autres coûts associés à son acquisition, sa détention et sa cession.) 

Il existe trois méthodes pour calculer une plus-value, dont une méthode d’actualisation pour les actifs détenus depuis 12 mois ou plus.  [dix] 

D. Crypto-monnaie utilisée dans l’exploitation d’une entreprise

Comme indiqué ci-dessus, lorsque la crypto-monnaie est détenue dans le cadre de l’exploitation d’une entreprise, elle est traitée différemment à des fins fiscales par rapport à l’investissement personnel dans des crypto-monnaies. L’ATO fournit des directives distinctes pour déterminer si une personne exploite une entreprise,    ainsi que des directives spécifiques sur le traitement fiscal de la crypto-monnaie utilisée dans les affaires.  De  manière générale, « [s]i vous détenez une crypto-monnaie à vendre ou à échanger dans le cours normal de vos activités, les règles relatives aux actions commerciales s’appliquent, et non les règles CGT. Le produit de la vente de crypto-monnaie détenue en tant qu’action commerciale dans une entreprise est un revenu ordinaire, et le coût d’acquisition de la crypto-monnaie détenue en tant qu’action commerciale est déductible.    De plus,

[i] si vous exploitez une entreprise qui n’est pas une entreprise de crypto-monnaie, mais que vous utilisez la crypto-monnaie dans vos activités, vous devez tenir compte de la crypto-monnaie comme vous le feriez pour d’autres actifs ou éléments utilisés dans votre entreprise.

Si vous recevez de la crypto-monnaie pour des biens ou des services que vous fournissez dans le cadre de votre entreprise, vous devez inclure la valeur de la crypto-monnaie en dollars australiens dans votre revenu ordinaire. Il s’agit du même processus que de recevoir toute autre contrepartie autre qu’en espèces dans le cadre d’une opération de troc. 

E. Paiements de salaire

Les paiements de salaire ou de salaire sous forme de crypto-monnaie peuvent être considérés comme un revenu ordinaire ou un avantage en nature, selon que l’employé a ou non un accord de sacrifice salarial valide avec l’employeur. 

F. Exploitation minière

La différence de traitement fiscal selon que les activités de crypto-monnaie impliquent ou non l’exploitation d’une entreprise est également applicable dans le contexte de l’extraction de crypto-monnaie : lorsqu’une personne exploite la crypto-monnaie comme passe-temps, les pièces extraites n’ont pas besoin d’être déclarées comme un revenu ; les taxes ne sont payables qu’au moment de leur mise à disposition (c’est-à-dire lors d’un événement CGT).   Les  mineurs commerciaux, cependant, doivent déclarer la juste valeur marchande des jetons reçus au moment de la réception et peuvent déduire les dépenses commerciales liées à l’exploitation minière, telles que l’équipement et l’électricité. 

G. Traitement de la TPS

Il existe également une différence dans le traitement TPS de la crypto-monnaie selon le type de transaction et la nature des parties impliquées :

Les ventes et les achats de monnaie numérique ne sont pas soumis à la TPS à partir du 1er juillet 2017. Cela signifie que vous ne facturez pas de TPS sur vos ventes de monnaie numérique et, de même, vous n’avez pas droit à des crédits de TPS pour les achats de monnaie numérique.

Vous n’avez aucune conséquence sur la TPS en ce qui concerne l’achat ou la vente de monnaie numérique, ou son utilisation comme moyen de paiement, si vous n’exploitez pas une entreprise.

Si vous exploitez une entreprise liée à la monnaie numérique, ou dans le cadre de votre entreprise existante, ou si vous acceptez la monnaie numérique comme moyen de paiement dans votre entreprise, vous devez tenir compte des conséquences de la TPS qui pourraient survenir. 

L’ATO explique en outre le traitement TPS des ventes de monnaie numérique et de la réception de la monnaie numérique en guise de paiement, et fournit plusieurs exemples.

II. Traitement fiscal des récompenses globales

Le site Web de l’ATO fournit des conseils spécifiques sur les récompenses de jalonnement et les mécanismes similaires qui offrent des récompenses aux détenteurs de jetons existants :

La preuve de participation est une forme de « mécanisme de consensus » qui oblige les faussaires (semblables aux mineurs) à détenir des unités d’une crypto-monnaie afin qu’ils puissent valider les transactions et créer de nouveaux blocs. Les faussaires participent au consensus en jalonnant leurs jetons existants.

Un faussaire qui est sélectionné pour forger un nouveau bloc est récompensé par des jetons supplémentaires lorsque le nouveau bloc a été créé. Les jetons supplémentaires sont reçus en détenant les jetons d’origine. La valeur monétaire de ces jetons supplémentaires est le revenu ordinaire du faussaire au moment où ils sont dérivés.

D’autres mécanismes de consensus qui récompensent les détenteurs de jetons existants pour leur rôle dans le maintien du réseau auront les mêmes résultats fiscaux. Cela inclurait les récompenses dérivées des mécanismes de preuve d’autorité et de preuve de crédit par les validateurs, les nœuds d’agent, les nœuds de gardien, les Premium Stakers et d’autres entités remplissant des rôles comparables.

Les détenteurs de jetons qui participent au «proxy staking» ou qui votent leurs jetons dans des mécanismes de consensus délégués et reçoivent une récompense en le faisant, tirent également un revenu ordinaire égal à la valeur monétaire des jetons qu’ils reçoivent.

L’ATO fournit également un exemple d’application des règles aux jetons jalonnés :

Anastasia détient 50 000 jetons NULS, qu’elle mise dans un pool NULS en tant que jeton premium. Anastasia reçoit des jetons NULS supplémentaires lorsque son pool participe au consensus, y compris un petit paiement de jetons du chef de nœud pour la prise en charge de son nœud.

La valeur monétaire des jetons NULS supplémentaires qu’Anastasia reçoit est un revenu imposable d’Anastasia au moment où les jetons sont dérivés.

Le prix de base des jetons NULS supplémentaires d’Anastasia sera leur valeur marchande au moment où ils ont été dérivés.

Par conséquent, les récompenses de crypto-monnaie reçues par le biais de la forge, du jalonnement ou du vote sont traitées différemment des jetons acquis par le biais de l’exploitation minière en tant qu’amateur : les jetons de récompense sont traités comme un revenu ordinaire à leur réception. La vente de tels jetons à l’avenir déclenchera également un événement CGT.

III. Traitement fiscal des largages aériens et des fractionnements en chaîne

A. Largages aériens

Les directives de l’ATO comprennent une brève référence aux largages aériens, indiquant que

[certains] projets « laissent tomber » de nouveaux jetons aux détenteurs de jetons existants afin d’augmenter l’offre de jetons (par exemple, Pundi X et Tron). La valeur monétaire d’un jeton établi reçu par le biais d’un largage est un revenu ordinaire du destinataire au moment où il est dérivé.

L’exemple suivant est fourni :

Merindah détient des jetons TRX depuis décembre 2018, lui permettant de recevoir des largages mensuels de BTT à partir de février 2019.

La valeur monétaire des jetons BTT que Merindah reçoit du fait de la détention de ses jetons TRX est un revenu imposable de Merindah au moment où les jetons sont dérivés.

Le prix de base des jetons BTT aériens de Merindah sera leur valeur marchande au moment où ils ont été dérivés.

Ainsi, les jetons parachutés sont traités de la même manière que les récompenses de jalonnement à des fins fiscales. Une question soumise au forum de la communauté ATO en octobre 2020 visait à clarifier le traitement fiscal des récompenses de jalonnement, des parachutages et des récompenses agricoles, y compris leur classification en tant que revenu ordinaire à la réception et la situation dans laquelle ces récompenses sont vendues à perte à l’avenir. Le responsable de la communauté ATO a répondu comme suit :

Généralement oui, ils sont classés comme revenu ordinaire lorsque le reçu de crypto-monnaie provient soit d’activités qui donnent lieu à un paiement, soit de paiements résultant de votre propriété d’une crypto-monnaie particulière. Nous avons des informations sur notre site Web sur les récompenses de Staking et les parachutages.

Lorsque vous avez déclaré la crypto-monnaie reçue comme un revenu, le « coût » de la crypto-monnaie reçue sera sa valeur marchande au moment de la réception, en supposant que vous n’exploitez pas une entreprise de commerce de la crypto-monnaie. Dans ces circonstances, lorsque vous détenez la crypto-monnaie en tant qu’investissement, lorsque vous vendez la crypto-monnaie à perte, vous pouvez compenser toute perte en capital résultant de tout gain en capital de l’année en cours ou de l’année future.

B. Divisions de chaîne

Les directives de l’ATO expliquent également le traitement fiscal de la nouvelle crypto-monnaie reçue à la suite d’une scission en chaîne, avec le traitement selon que la nouvelle crypto-monnaie est détenue en tant qu’investissement ou dans une entreprise exercée par le détenteur. Il fournit trois exemples de scénarios d’investissement. L’ATO déclare que « [a] chain split fait référence à la situation où il existe deux ou plusieurs versions concurrentes d’une blockchain. Ces versions concurrentes partagent la même histoire jusqu’au point où leurs règles de base ont divergé. 

1. Crypto-monnaie détenue en tant qu’investissement 

Les directives de l’ATO indiquent ce qui suit en ce qui concerne la détention de crypto-monnaie en tant qu’investissement et la réception de nouvelles crypto-monnaies à la suite d’une scission en chaîne :

Si vous détenez une crypto-monnaie en tant qu’investissement et recevez une nouvelle crypto-monnaie à la suite d’une scission en chaîne (comme le Bitcoin Cash reçu par les détenteurs de Bitcoin), vous ne tirez pas de revenu ordinaire ou ne réalisez pas de gain en capital à ce moment-là en raison de recevoir la nouvelle crypto-monnaie.

Si vous détenez la nouvelle crypto-monnaie à titre d’investissement, vous réaliserez une plus-value lorsque vous en disposerez. Lors du calcul de votre plus-value, le coût de base d’une nouvelle crypto-monnaie reçue à la suite d’un fractionnement en chaîne est nul. Si vous détenez la nouvelle crypto-monnaie comme investissement pendant 12 mois ou plus, vous pouvez avoir droit à la remise CGT.

[Exemple 1]

Déterminer quelle crypto-monnaie est le nouvel actif reçu à la suite d’une scission en chaîne nécessite un examen des droits et des relations existant dans chaque crypto-monnaie que vous détenez après la scission en chaîne. Si l’une des crypto-monnaies que vous détenez à la suite de la scission de la chaîne a les mêmes droits et relations que la crypto-monnaie d’origine que vous déteniez, alors ce sera une continuation de l’actif d’origine. L’autre crypto-monnaie que vous détenez à la suite de la scission de la chaîne sera un nouvel atout.

[Exemple 2]
Lorsqu’aucune des crypto-monnaies que vous détenez après la division de la chaîne n’a les mêmes droits et relations que la crypto-monnaie d’origine que vous déteniez, l’actif d’origine peut ne plus exister. L’événement CGT C2 se produira pour l’actif d’origine. Dans ce cas, chacune des crypto-monnaies que vous détenez à la suite de la division de la chaîne sera acquise au moment de la division de la chaîne avec une base de coût de zéro.

[Exemple 3]

Par conséquent, les nouveaux jetons reçus par un investisseur individuel à la suite d’une scission en chaîne sont traités de la même manière que ceux obtenus par le biais de l’exploitation minière amateur, avec des considérations supplémentaires pour déterminer si la crypto-monnaie pertinente impliquée est un nouvel actif ou une continuation de l’original. actif.

2. Crypto-monnaie détenue dans une entreprise exploitée par le titulaire

Les directives de l’ATO expliquent que

[une] nouvelle crypto-monnaie que vous recevez à la suite d’une scission en chaîne par rapport à la crypto-monnaie détenue dans une entreprise que vous exploitez sera traitée comme une action commerciale lorsqu’elle est détenue pour être vendue ou échangée dans le cours normal de l’entreprise. La nouvelle crypto-monnaie doit être comptabilisée à la fin de l’année de revenus.  

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
tax 21

Impôts et crypto-monnaies en Argentine : comment ça marche